Témoignage de Norvège – Marie

Peux-tu te présenter rapidement ?

Marie, 21 ans, possédant un DUT TC et ayant fait sa licence à l’IAE de Tours.

Peux-tu présenter rapidement ton université d’accueil ?

Université norvégienne modern et très jolie ! Equipement au top, original avec des pianos dans plusieurs endroits de l’université. L’université possède une salle de sport, une piscine et un gymnase où il est possible de faire différents sports.

Qu’est-ce que tu y étudies ?

Au premier semestre j’ai choisis le business program : corporate communication, global markets and institutions et international marketing.

Au second semestre, j’ai choisis le communication program : professional communication, intercultural communication, media studies.

Pourquoi avoir choisi d’étudier dans ce pays ? Dans cette université ? (+ avantages et inconvénients)

J’ai choisis d’étudier en Norvège pour améliorer considérablement mon anglais car les pays nordiques sont connus pour bien apprendre l’anglais et d’être bilingue. La Norvège possède aussi des paysages magnifiques et varié que j’avais envie de visiter. Cependant, la vie là bas est très cher, avant de partir, il faut être sur de pouvoir s’assumer financièrement.

Après des recherches, l’université m’a semblé parfaite pour moi car les cours et les activités proposés me correspondaient.

Avais-tu des craintes ou des idées reçues concernant les études à l’étranger ?

Les seules craintes que j’avais été au niveau de l’intégration et de parler en anglais. Les français sont connus pour ne pas être les plus doué en langue étrangère donc j’avais une petite appréhension avant de partir mais au final je n’avais pas besoin d’avoir ses craintes. Tout le monde s’entraide et se corrige. L’intégration, notamment grâce à la semaine d’intégration prévue, a permis de créer des contacts directs avec de nombreuses personnes.

Quel était ton niveau de langue avant de partir ? Et maintenant ?

Avant de partir il faut faire un test d’anglais imposé par Erasmus, je sais donc que j’avais un niveau B2. Il faudra que je refasse ce test à la fin de mon séjour (donc en juin) et je pourrai qu’à ce moment là savoir mon amélioration en anglais. Cependant, j’ai quand même remarqué que j’avais une meilleure compréhension de l’anglais et je m‘exprimais beaucoup mieux qu’à mon arrivée.

 

Comment s’est déroulée l’intégration à l’université ?

Tous les Erasmus sont arrivés une semaine avant le début des cours afin de participer à la semaine d’intégration ou comment ils appellent ça la « Buddy Week ». Durant toute cette semaine ont été organisées  des activités journalières et des soirées afin d’apprendre à se connaitre entre Erasmus et entre « Buddy », c’est-à-dire nos parrains.

Quand les cours ont commencé, il a fallu vite se mettre dans le bain pour réussir à comprendre les cours mais c’était très facile.

As-tu rencontré des difficultés pour tisser des liens sur place ?

Il était très facile de tisser des liens avec les autres Erasmus car on se retrouve tous seuls et sans nos repère habituels.

Pour faciliter cette intégration, il est préférable de se mettre dans une colocation de 8 ou de 16 contrairement aux appartements de 2 ou moins.

Qu’as-tu pensé de ta ville d’accueil ?

La ville n’est pas très vivante et assez excentrée de l’université donc s’y rendre c’est assez laborieux (30 à 40min de marche)… Sinon au niveau des paysages c’est magnifiques et très différent de ce dont j’avais l’habitude !

Comment définirais-tu les gens de ta ville d’accueil ?

Les norvégiens n’ont pas la même manière de vivre ou mentalité que nous donc il peut être difficile au premier abord de vivre avec eux mais au fil du temps tout se passe bien.

Sur place, où es-tu logée ?

A Halden, il est possible de, soit louer un appartement en ville, soit être dans une des résidences universitaires. En tout il y en a deux, une plus ancienne au centre ville mais il faut pas mal marcher pour aller à l’université, ou une, plus récente, juste à côté de l’université mais pas au centre ville. Pour mon année, tous les Erasmus étaient dans cette résidence. Elle est très bien, neuve et très bien équipée. J’étais dans un appart de 8 colocataires, il y a aussi la possibilité d’être à 16, à 2 ou tout seul, tout dépend du budget de chacun.

 

Quel est ton budget pour l’hébergement ?

Dans une colocation de 8, le loyer est de 4050nok et à chaque payement nous avons des frais avant de payer. Suivant le taux de change, le loyer varie de 440€ à 460€ par mois.

As-tu bénéficié d’aides financières ?

J’avais en tout 4 aides : celle d’Erasmus, celle de la région, le Crous et l’Aide à la Mobilité Internationale (AMI). Sans elles, la vie norvégienne aurait été plus compliquée.

Quel est ton budget pour l’alimentation ?

Le budget pour l’alimentation variait de 150€ à 250€ par mois pour moi (tout dépend de la quantité que chacun mange). Le budget varie en fonction du lieu des courses. Si elles sont faites en Norvège ça sera toujours plus cher que de les faire en Suède mais pour y aller il faut soit avoir un ami norvégien qui puisse t’emmener en voiture soit prendre le bus.

Peux-tu nous décrire une « journée type ? »

Il n’y a pas réellement de journée type car nous n’avons pas cours tous les jours.

Pour donner une indication ca serait de se lever pour aller en cours rentrer le midi pour manger ou plus tard, il est possible d’avoir cours les midis. Les norvégiens n’ont pas le même rythme de vie et que nous et pour eux c’est logique d’avoir cours le midi. Ensuite, ça serait de trainer le reste de la journée, se balader, trouver des activités et le soir faire des soirées tranquille entre colocataires, amis ou en fin de semaine des plus grosses soirées entre tous les Erasmus.

Quelles ont été tes difficultés ?

La plus grande difficulté a été de surmonter le peu de vie qu’il y avait à Halden et qui changeait énormément de Tours. La vie étudiante ne se passe que dans la résidence et il y a qu’un bar dansant dans la ville. Il ne faut pas venir à Halden que dans l’espoir de faire des soirées tous les soirs et de sortir en boîte à chaque occasion, mais plutôt de vivre une expérience hors du commun (et il ne faut pas s’inquiéter il y a aussi de nombreuses soirées). De plus, avec trois cours par semaine, nous avons beaucoup de temps libre, il faut donc trouver de quoi s’occuper chaque jour. Quand il fait beau ça ne pose aucuns soucis car tous les étudiants sont dehors à jouer au volley, foot ou toute autre activité extérieure. Cependant, quand le froid commence à se faire sentir, on peut de moins en moins aller dehors et il faut donc trouver des activités.

Enfin, pour tous ceux qui hésitent à partir un an, que peux-tu leur dire ?

Après avoir parlé avec tous les Erasmus qui n’ont fait qu’un semestre ils ont tous trouvé ça trop court car au final ce n’est que 4 mois et tout passe très vite. L’ambiance entre tous les Erasmus est géniale, aucune tension et tout le monde s’entend bien même s’il y a plus d’affinité entre certaines personnes. Ce n’est qu’un an dans notre vie, il faut saisir l’occasion de partir pour vivre ce genre d’expérience et pouvoir s’en souvenir à vie.

As-tu des conseils à donner pour les étudiants qui souhaitent partir ?

Pour tous les étudiants qui sont intéressés par Erasmus, il faut pas hésiter à se renseigner le plus possible sur ce qu’est Erasmus réellement, la ville d’accueil, l’université, les programmes scolaires et le pays. Quand c’est possible, il ne faut aussi pas hésiter à contacter des étudiants qui sont déjà partis en Erasmus et c’est encore mieux s’ils sont partis au même endroit que celui désiré (très peu seront réticent à répondre aux questions).

Que t’as apporté cette année ?

Elle n’est pas encore finie mais ce premier semestre m’a permis de vivre une expérience hors du commun et de rencontrer des personnes formidables que je n’aurais jamais eu l’occasion de rencontrer (et que j’espère pour certains voir à nouveau) ! Elle m’a aussi permis d’évoluer et de grandir tout en améliorant considérablement mon anglais !

Partagez !